Institution plurimillénaire, l’Eglise sait également communiquer avec les outils de son temps. A l’image du Pape François, qui a dépassé les 15 millions de « followers » sur Twitter ou de Monseigneur Giraud, l’évêque de Soissons qui a inventé la « tweethomélie », de nombreuses paroisses et communautés se sont converties à l’utilisation du SMS comme canal de communication.

Déjà plus de 10 ans d’utilisation du SMS

Dès 2005, la paroisse Sainte-Cécile à Boulogne (Hauts-de-Seine) se rend compte que le téléphone portable occupe une place de plus en plus importante dans la vie quotidienne des français. Comme le dit son curé : « J’ai constaté que le téléphone mobile semblait plus indispensable à certains que leur chapelet alors pourquoi ne pas en faire un chemin vers la prière ? ». La paroisse propose alors un accompagnement pendant le temps du carême : chaque jour, les paroissiens qui le souhaitent reçoivent par SMS un texte de l’Evangile, ainsi qu’une piste de méditation. Une manière simple et efficace de rejoindre chacun, là où il se trouve ! Plus d’une centaine de paroissiens s’inscrivent dans les trois premiers jours du lancement de cette proposition.

Des initiatives similaires ont d’ailleurs été prises dans de nombreuses autres paroisses, comme à Montigny-les-Bretonneux (Yvelines), où il est proposé aux paroissiens de recevoir gratuitement par SMS une parole de Dieu se rapportant aux textes du jour. Le père Odaysky, de l’église orthodoxe russe, propose de recevoir tous les jours par SMS (en russe) les lectures du jour et les saints qui sont commémorés. Les « SMS du ciel » ont même été rebaptisés pour l’occasion « Service de Mission Spirituelle » ou « Serviteur de la Miséricorde du Seigneur », par les laïcs de La Bonne Nouvelle, qui œuvrent pour la nouvelle évangélisation.

Quelques exemples de mises en applications

L’aumônerie de l’enseignement public à Rodez (Aveyron) a utilisé le SMS comme outil d’animation d’un grand jeu de piste. Au cours de ce jeu, chaque équipe de jeunes a reçu une dizaine de SMS, autour d’un texte biblique (la vocation d’Abraham), ainsi que des indications leur permettant de trouver progressivement leur point de ralliement.

A Chatou (Yvelines), la paroisse propose la mise en place des « cordées SpiPro », qui permettent de réunir des petits groupes de paroissiens qui souhaitent prendre ensemble un engagement de prière, dans leur vie quotidienne / professionnelle : tout naturellement, le SMS est choisi comme canal pour communiquer au sein de chaque groupe.

A Toulon (Var), l’Alliance Mariale Internationale lance une grande chaîne de prière autour du rosaire, les« 1.000 rosaires » ! A chaque fois qu’un rosaire est prié, la personne peut en informer l’AMI par internet, par SMS ou par bulletin…. Pour les rosaires « ponctuels », c’est le SMS qui caracole en tête des canaux de communication, avec 48% ! La Fédération Malgache Protestante de Paris propose tout simplement aux personnes intéressées de s’inscrire pour recevoir par SMS les informations concernant les grands événements et activités qu’elle effectue tout au long de l’année.

A Genève en Suisse, le SMS est même utilisé pour collecter le denier de l’église : envoyez par SMS le montant de son don à un numéro dédié, et le montant en question est débité directement sur la facture de téléphonie mobile. Vous recevez bien sûr un… SMS de remerciement, vous confirmant que votre don est bien parvenu à son destinataire.

Les exemples sont donc nombreux pour illustrer comment le SMS peut soutenir, de nombreuses façons, la communication des paroisses et communautés religieuses. Pour autant, il n’est pas obligatoire de suivre l’exemple du curé de la paroisse Saint-Pierre d’Arène, à Nice (Alpes-Maritimes) qui procède à la bénédiction des téléphones portables de ses fidèles, le jour de la Saint Gabriel, archange patron des transmissions….

Et pour conclure par une note amusante, la campagne de publicité d’un opérateur de téléphonie mobile de Macédoine : comment le SMS peut aider des religieuses à respecter leur vœux de silence.

Nos références